Home Blog

La bêtise des foules ou comment comprendre le Viv Anel – rezonodwes.com

0

par Dr Jean-Ford G.
Figaro

Vendredi 15 mars 2019 ((rezonodwes.com))– À l’émission ‘’Premye Okasyon’’ du mercredi 20 février 2019, le journaliste Bob C. a déclaré de façon humoristique et moqueuse qu’on lui connait sur le grand boulevard, ‘’je suis très déçu de la population de Carrefour’’. Bien que sa déposition ait causé une vague d’indignation et de colère, il faut quand même reconnaître que le célèbre et très controversé Roberde Céliné de Radio Caraibes, est l’un des rares directeurs d’opinion à s’indigner face au comportement de la foule et le nivellement émotionnel des manifestants qui ovationnaient le repris de justice, Anel Joseph.

Pendant la grande journée de manifestations de l’opposition du 13 février, des milliers de compatriotes venant de la commune de carrefour et ses environs, ont pénétré le fief du puissant chef de gang pour réclamer sa participation dans les mouvements, qui visait la démission du président élu pour cinq ans, Jovenel Moise, à la tête du pouvoir. Activement recherché par la police nationale, le présumé bandit de grand chemin, très confiant, a émerveillement pris la tête des contestataires dans les rues de Port-au-Prince. Sous les applaudissements et l’euphorie d’une marée humaine, il parcourait les rues de la capitale en toute liberté et quiétude. Les gens l’acclamaient ‘’ Viv Anel’’ comme un triomphateur et un héros des grandes causes sociales. Il faut se demander si on veut aller vers une société viable ou une déchéance universalisée.  

Je m’attendais à une révolte et une condamnation généralisées de cette folie collective, principalement dans une société comme la nôtre, en perte de ses valeurs fondatrices, fondamentales et structurantes. Un fait inédit pour le commun des mortels mais quelque part familier, pour les étudiants et les professionnels du comportement humain ou des foules.

Cependant, il est curieux de constater à quel niveau, cette action a été galvaudée et exploitée par la classe politique sans un minimum de recul en fonction de leurs intérêts immédiats ou conjoncturels. La communauté scientifique n’a pipé mot, ce qui laisse perplexe à un grand nombre de curieux qui voulaient au moins, un minimum d’explication rationnelle sur ce fait inimaginable et sensationnel. Heureusement, tel n’est pas le cas pour tous les penseurs de la société haïtienne et parmi lesquels je peux me prévaloir d’en faire partie. Peu après la divulgation des photos et vidéos, j’ai commencé à réfléchir sur les raisons de cette attitude inacceptable, spécialement son impact sur les plus jeunes.

      Afin de pouvoir assimiler cette
irrationalité, j’ai du me référer à deux
hypothèses plus ou moins logiques et peut-être des plus acceptables.

Primo;  je voudrais prendre l’exemple du syndrome de Stockholm qui a été théorisé par le psychiatre américain Frank Ochberg. Il a a été nommé ainsi, suite à une prise d’otages qui s’est déroulée à Stockholm le 23 août 1973. Deux délinquants ont séquestré pendant plusieurs jours quatre employés d’une banque. Lorsque les forces de l’ordre ont réussi à libérer les réclusionnaires, ces derniers éprouvaient une certaine sympathie à l’égard les criminels devenus plus tard prisonniers.

Les victimes allant même jusqu’à rendre visite à leurs ravisseurs et ont refusé de témoigner contre eux, lors du procès. Une situation paradoxale pendant laquelle une victime va développer des sentiments d’affection, de compréhension et parfois même amoureux. C’est un véritable mécanisme inconscient d’auto-défense et de survie qui se met en place. Le syndrome de Stockholm s’installera d’autant plus facilement si les vagabonds arrivent à justifier leurs actes par un discours politique ou idéologique. La foule a-t-elle souffert de ce syndrome? Sachant les crimes et actions délictueuses imputables à l’évadé de prison.

    Segundo: La lecture du livre de Gustave Le Bon, ‘’ Psychologie des foules’’, m’a soulagé de ma douleur viscérale et de mes frustrations légitimes en analysant cette profanation, à l’aune sa compréhension ambiguë et son indigestion dans ma subconscience citoyenne. Selon les conclusions de cette oeuvre magistrale, le comportement d’une masse d’hommes diffère de ceux d’individus isolés. Pour le sociologue, les foules développent ces caractères spéciaux à travers trois états psychologiques : l’irresponsabilité, la contagion et la suggestibilité. Elle doit-être perçue, dans une perspective psychologique, comme une entité une et indivisible, « Dans certaines circonstances données, et seulement dans ces circonstances, décrit le psychologue, une agglomération d’hommes possède des caractères nouveaux fort différents de ceux des individus composant cette agglomération.

La personnalité consciente s’évanouit, les sentiments et les idées de toutes les unités sont orientés dans une même direction». La psychologie des foules révèle qu’elles sont influençables, impulsives et irritables, elles peuvent en effet être excitées facilement et parcourir rapidement la gamme des émotions les plus contradictoires. Le Bon avance qu’« elles sont aussi incapables de volonté durable que de pensée ». Les gens ont seulement besoin d’un leader capable de converger leurs aspirations légitimes et leur quitter la peur d’exprimer les problèmes auxquels ils font face. Il est catégorique en signalant cette formule: «Malmenez les hommes tant qu’il vous plaira, massacrez-les par millions, amenez invasions sur invasions, tout vous est permis si vous possédez un degré suffisant de prestige et le talent nécessaire pour le maintenir».

     En ce début d’année et à l’ère des crises
politiques,
nul ne peut prédire ce qu’il adviendra de la société haïtienne. Nous n’avons pas assez de recul pour saisir l’impact de ces actions contre-nature sur la
formation psychologique des jeunes. Au contraire, selon l’idéologie politique
des uns et des autres, on a tendance même à sacraliser ces agissements blasphémateurs. Une chose est sûre, les
sociétés se transforment mais il faut le faire dans la bonne
direction.
La profusion médiatique de ces
idioties
engendre un flou généralisé. A la lumière de ces deux explications, en
exprimant leur ras-le-bol face à la
difficile situation socio-économique du pays, on peut utiliser de façon
individuelle ou concomitante les deux hypothèses pour faciliter peut-être, la
compréhension de ce comportement. Dans le premier cas, on peut spéculer que
malgré ses excès, Anel a su gagner l’admiration des gens qui sont supposées le
répugner.

      Si ce n’était pas un moment de folie,
aucun de ces manifestants ne saurait clamer un ‘’Viv’’, à un criminel notoire. En écrivant ces lignes, je
tenterais de penser au jugement de Jesus, où la multitude criait ‘’crucifiez-le et relâchez
Barabas’’. Les victimes des actes de l’homme du ‘’village de Dieu’’, plus
particulièrement de la commune de Carrefour, l’ont professé une sympathie
comparable à un bienfaiteur de la nation. Les foules
sont comme des troupeaux, qui suivent la direction même erronée, du leader ou
du meneur. La position des individus  au
milieu des conglomérations n’est pas sensée être celle qu’ils exprimeraient
seuls. Cependant, cette attitude fait mal, offense et piétine les valeurs
morales de la République. La déception de Bob C. devrait être dirigée vers la
foule et non vers la population de Carrefour. J’en profite pour dire, il faut
plus que
jamais se mettre à la poursuite des repères perdus pour un Haiti en devenir. Il est temps de faire la transition entre
la frénésie émotionnelle et 
l’intelligence collective

 Dr Jean-Ford G. Figaro,  MD, MsC-HEM

La science le prouve une nouvelle fois : les vaccins ne causent pas lautisme – Daily Geek Show

0

Une étude d’envergure portant sur quelque 650 000 enfants danois ayant été suivis pendant plusieurs années vient une nouvelle fois tordre le cou à l’argument favori des anti-vaccins. Non, la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) ne provoque pas l’apparition de troubles autistiques.

 

Aucun lien entre vaccination et autisme

Publiée dans la revue  Annals of Internal Medicine, cette nouvelle recherche prend en compte les données de l’ensemble des danois nés entre 1999 et 2010, qui ont été suivis jusqu’en 2013. Après avoir comparé le nombre d’enfants diagnostiqués autistes parmi les individus vaccinés et ceux qui ne l’étaient pas, les chercheurs n’ont trouvé aucune différence, et conclu qu’il n’existait absolument aucun lien entre l’administration du vaccin ROR et la survenue ou l’aggravation de ce type de troubles.

Ces travaux vont dans le sens de nombreuses recherches réalisées précédemment, notamment une étude datant de 2002 qui portait sur 537 000 enfants. Comme l’ont précisé les chercheurs danois : « L’étude soutient formellement le fait que le vaccin ROR n’augmente pas le risque d’autisme, ne déclenche pas l’autisme chez les enfants ayant des facteurs de risque, et n’est pas associé à un regroupement de cas d’autisme après la vaccination ».

 

Les conséquences terribles du phénomène anti-vaccin

Habituellement, les anti-vaccins mettent en avant une étude datant de 1998 pour justifier leurs théories mettant en avant un hypothétique lien entre le vaccin ROR et la survenue des troubles autistiques. Mais il se trouve que celle-ci ne portait que sur 12 enfants et a été depuis invalidée par la revue médicale qui l’avait publiée, tandis qu’Andrew Wakefield, son auteur, qui avait falsifié les résultats, s’est vu interdire le droit d’exercer.

Considérée comme quasi-éradiquée il y a quelques années, la rougeole est depuis réapparue dans différents endroits du monde, notamment en France, où le taux de couverture vaccinale n’est que de 80 %, et plus récemment au Costa Rica, après qu’une famille française en vacances y a réintroduit la maladie. À l’heure actuelle, le principal foyer de rougeole sur le territoire se situe dans la région de Val-Thorens (Savoie), avec plus d’une cinquantaine de cas détectés depuis le début de l’année.

On rappelle qu’en 2019, les anti-vaccins sont considérés comme l’une des dix principales menaces sanitaires mondiales par l’OMS.

Quel est le bruit maximal possible – Science et Vie

0

Saviez-vous qu’il y a une limite au son ? Aussi puissante que soit une explosion, elle ne pourra pas dépasser un certain plafond, du moins sur Terre.

Le son le plus fort qu’il sera jamais possible de générer sur Terre est de 194 décibels (dB). Pour comprendre une telle précision, il faut savoir qu’un bruit qui se propage dans l’air correspond à une variation de la pression atmosphérique, laquelle se trouve tantôt augmentée, tantôt abaissée, à l’image d’une courbe sinusoïdale.

Sur le même sujet

Risque-t-on de déclencher une avalanche en criant ?

Logiquement, plus cette vague acoustique a de l’ampleur, plus le bruit est intense. Or, il n’est pas possible d’abaisser la pression en dessous de zéro : ce cas correspondrait à une absence totale de particules. L’ampleur de cette vague est donc limitée par la valeur de la pression atmosphérique moyenne autour de laquelle l’onde fluctue. Ainsi, le bruit maximal sur Terre est celui qui fait varier la pression entre 0 et 2 fois la pression atmosphérique. Ce qui correspond à un bruit de 194 dB.

Le décollage d’une fusée frôle le sommet

Par comparaison, une personne qui parle normalement produit une pression acoustique dix millions de fois inférieure. Reste que 194 dB sont un maximum théorique. Le son le plus fort jamais obtenu à ce jour est celui d’une fusée au décollage : entre 160 dB et 180 dB.

D’après Science & Vie Questions-Réponses n°29

A lire aussi :

Voici pourquoi les hurlements nous font peur !

Risque-t-on de déclencher une avalanche en criant ?

Mais pourquoi boit-on du vin ? Voici la réponse de la science – lalibre.be

0

Abonnés

Sophie Devillers


Publié le

samedi 16 mars 2019 à 07h00

– Mis à jour le

samedi 16 mars 2019 à 07h01

Sciences – Santé

Pourquoi boit-on du vin ? Le professeur Bucella allie son expérience de sommelier et de scientifique pour répondre. L’explication est biologique, historique, génétique, philosophique…

Mais au fond, pourquoi buvons-nous du vin ? La question est régulièrement posée à Fabrizio Buccella, sommelier et professeur de physique à l’ULB, lors de ses conférences et rencontres avec le public. Il a finalement décidé de répondre à la question dans un nouveau livre (Pourquoi boit-on du vin, Dunod) en alliant les deux démarches au cœur de sa vie : celle d’expert du vin et celle de scientifique. Voici sa réponse, ou plutôt ses réponses.

(…)

Du soleil accompagné de quelques nuages ce samedi sur la Côte dAzur – Nice-Matin

0

Et si vous vous abonniez ?

Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.


Abonnez-vous à partir de 1€

Météo: Prévisions pour samedi 16 mars 2019 – Tunisie numérique

0

Quelques nuages feront leur apparition sur l’ensemble du pays.

Le vent sera de secteur Ouest; fort, de 40 à 50 km/h près des côtes nord et faible à modéré, de 15 à 30 km/h sur le reste du pays.

La mer sera forte à agitée sur le nord et houleuse à peu agitée ailleurs.

Les températures seront en légère hausse, les maximales seront comprises entre 17° et 22°C sur les hauteurs ouest et entre 22° et 27°C sur le reste du pays.

Larchéologie des loutres et la linguistique du néolithique – Libération

0

Les actualités scientifiques qui ont retenu notre attention cette semaine. 

La pollution de l’air tue plus que le tabac

Il est difficile d’estimer les dégâts causés par la pollution sur la santé des populations : il faut simuler par ordinateur les interactions entre les substances chimiques dans l’atmosphère, l’environnement et les données de santé humaine fournies par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), notamment sur les facteurs de risque pour certaines maladies et les causes de décès recensées. À partir de ces informations, des chercheurs de l’Institut Max-Planck de chimie à Mayence (Allemagne) ont calculé et réévalué le nombre de morts annuels qu’on peut imputer à la pollution de l’air dans une étude publiée dans le European Heart Journal.

Distribution de la surmortalité liée aux maladies cardiovasculaires attribuées à la pollution de l'air (morts par 1000 km²).Distribution de la surmortalité liée aux maladies cardiovasculaires attribuées à la pollution de l’air (morts par 1 000 km²). (Image European Heart Journal, 2019)

La situation est bien plus grave qu’on le pensait: 790 000 Européens meurent chaque année de la pollution, dont 40 à 80% de problèmes cardiovasculaires (infarctus du myocarde, hypertension artérielle, accident vasculaire cérébral et insuffisance cardiaque) causés particulièrement par les particules fines. Ce chiffre est plus de deux fois supérieur à l’étude qui fait autorité en la matière, la «Global Burden of Disease» de 2015. «Nous estimons que la pollution de l’air réduit l’espérance de vie moyenne de 2,2 ans en Europe», écrivent les auteurs, et en extrapolant au niveau mondial, ils comptent 8,78 millions de morts par an. C’est plus que le tabac, qui ne tue «que» 7,2 millions de personnes.

L’archéologie des loutres

Comment reconnaître un rivage ayant abrité une colonie de loutres? Facile, quand on sait qu’elles ont l’habitude pour se nourrir d’ouvrir des coquillages en les frappant avec des galets ou sur des rochers. Ce comportement unique chez les mammifères marins laisse des traces – des amoncellements de coquilles vides et de pierres abîmées– que l’on peut reconnaître à coup sûr. Pour la première fois, des chercheurs ont donc décrit une méthode archéologique pour identifier les anciens refuges de loutres.

Des loutres ouvrant des moules en les frappant sur une pierre posée sur leur ventre (A) ou sur un rocher dépassant de l'eau (B), dans l'estuaire de Bennett Slough en Californie.Des loutres ouvrant des moules en les frappant sur une pierre posée sur leur ventre (A) ou sur un rocher dépassant de l’eau (B), dans l’estuaire de Bennett Slough en Californie. (photo Haslam et al, 2019) 

Il y a d’abord les marques blanches des chocs répétés sur la pierre, explique l’étude parue cette semaine dans Scientific Reports. Dans l’estuaire californien de Bennett Slough, où ils ont observé les loutres pendant dix ans, Natalie Uomini et son équipe ont recensé 77 pierres avec «une usure visible de façon macroscopique sous forme de grains de quartz écrasés et fracturés sur les arêtes et les pointes abrasées». Ils ont également examiné et classifié les coquilles de moules selon leurs brisures. Lorsque les loutres frappent une moule contre un rocher émergent pour l’ouvrir, elles frappent toujours sur la valve droite, et laisse la gauche intacte. La forme dominante est une «fracture traversant la coquille en diagonale». «Les modèles de brisure fournissent un nouveau moyen de distinguer les moules cassées par des loutres de mer de celles cassées par des humains ou des autres animaux», explique Natalie Uomini à Science Daily. 

Rochers abîmés en surface (à gauche) et coquilles de moules brisées (à droite) par les loutres.Rochers abîmés en surface (à gauche) et coquilles de moules brisées (à droite) par les loutres. (photo Haslam et al, 2019)

Depuis quand, dans l’histoire, les loutres brisent-elles des moules avec des galets? «L’étude des traces de comportements animaux passés nous aide à comprendre l’évolution de ces comportements, par exemple l’usage de rochers comme enclumes, ce qui est rare dans le règne animal, analyse une autre chercheuse de l’équipe, Jessica Fujii. Nous espérons que cette étude ouvrira une nouvelle voie dans le champ de l’archéologie animale.» 

Le «f» et le «v» sont apparus avec l’agriculture

Pour prononcer les sons «f» et «v», il faut placer ses incisives supérieures contre sa lèvre inférieure, c’est pourquoi on les appelle des consonnes labio-dentales. Cette position de la bouche, qui nous semble naturelle, est pourtant plus ou moins difficile à obtenir selon la configuration de la mâchoire: quand les incisives du haut sont plus avancées que les incisives du bas – une configuration qu’on appelle supraclusion, le mouvement est aisé car la lèvre inférieure est plus proche. Mais quand les incisives sont parfaitement alignées bord à bord, les labio-dentales requièrent 30% d’effort musculaire supplémentaire.

Une mâchoire avec des incisives bord-à-bord (à gauche) et une légère supraclusion (à droite).Une mâchoire avec des incisives bord-à-bord (à gauche) et une légère supraclusion (à droite). (Photo D. E. Blasi et al, 2019)

Or, la configuration de la mâchoire humaine a beaucoup évolué au cours de l’histoire, notamment avec les évolutions de régime alimentaire. Les incisives bord-à-bord sont typiques des bouches devant mâcher de la viande, solide et résistante. Elles ont décliné au début du néolithique avec le développement de l’agriculture, laissant place à une légère supraclusion quand les hommes se sont mis à manger des aliments transformés, moins durs sous la dent.

En combinant paléoanthropologie et linguistique, une équipe internationale de chercheurs montre dans Science que le régime alimentaire influe sur la forme de la mâchoire et sur le développement du langage, favorisant l’usage des «f» et des «v» : «Les sociétés décrites comme chasseurs-cueilleurs ont en effet, en moyenne, seulement un quart du nombre de labio-dentales produites par les sociétés d’agriculteurs.» La «probabilité reconstruite de sons labio-dentaux» passe de 3% dans les protolangues (il y a 6 000 à 8 000 ans) à 76% dans les langues indo-européennes actuelles.

Nombre de consonnes labiodentales dans les langues de sociétés de chasseurs-cueilleurs et d'agriculteurs.Nombre de consonnes labiodentales dans les langues de sociétés de chasseurs-cueilleurs et d’agriculteurs. (D. E. Blasi et al, 2019)

Espace: vers 2050 et au-delà

Toutes les grandes missions scientifiques de l’Agence spatiale européenne (ESA) pour les années à venir sont déjà choisies, planifiées, et en cours de développement: elles peuplent le programme à long terme «Cosmic Vision» pour deux décennies, de 2015 à 2035: étude des lunes glacées de Jupiter avec la mission Juice, étude des exoplanètes avec le télescope Cheops, mesure des ondes gravitationnelles avec les satellites Lisa… 

Et après? Qu’ira-t-on explorer dans l’espace et que cherchera-t-on à comprendre avec les télescopes, satellites et sondes des années 2040 et 2050? Le futur programme scientifique «Voyage 2050» va devoir faire des choix, et l’ESA a décidé de convier le grand public à la réflexion via un questionnaire en ligne. Aucune connaissance particulière n’est exigée. Il s’agit de noter l’importance, dans son opinion personnelle, des différents sujets d’étude de l’ESA comme «Retracer nos origines cosmiques», «Enquêter sur la Terre», «Comprendre le Soleil», «Observer comment les étoiles naissent, se développent et meurent»

Et aussi…

Un chimpanzé suce de la ciboule au zoo tokyoïte de Tama, le 9 février 2013.Pourquoi les hommes sont-ils plus ignorants que les chimpanzés ? Médecin et statisticien, Hans Rosling déjoue les a priori grâce à des conférences TED vues par des millions de personnes. Une version livre de sa méthode vient de sortir (Factfulness, Flammarion, 400 pp., 23,90 euros).

Poésie. Le 14 mars s’écrit «3/14» chez les Anglo-Saxons. Et 3,14 c’est une approximation de π acceptable pour faire de cette date la journée mondiale du nombre pi. A cette occasion, Jacques Jouet, romancier, poète, membre de l’Oulipo, a écrit pour Libé un poème autour de ce nombre irrationnel.


Camille Gévaudan

Reunion-Maurice ou la pluie peut-elle-tomber pour de bon? (VIDEO) – Zinfos974

0

Météosat à 11heures: la Réunion est engluée dans une masse d’air sèche, un peu moins sèche à Maurice et sensiblement moins sèche à Rodrigues.

2019 MAR 16 12h Macareignes

Bon appétit la Réunion les Ziles!

La question du jour reste identique et lancinante: dans quel endroit de la Réunion et de Maurice observerons-nous des averses significatives aujourd’hui et demain?

Car le temps chaud et anormalement sec continue à sévir. A priori encore une fois Maurice apparait avoir une meilleure chance que la Réunion que les Dieux du ciel ne l’entende.

Mais même à Maurice les chances de pluies significatives sont relativement faibles.

Comme le montre la photo satellite jointe(à 11heures) ce matin les Iles Soeurs sont engluées dans une masse d’air sèche. Des nuages transitent dans le voisinage de Maurice mais non seulement ils ont tendance à rester en mer mais en plus leur efficacité est mise à mal tellement l’atmosphère est sèche.

Vous noterez sur cette image satellite très parlante que Rodrigues plus à l’est n’est pas logée à la même enseigne. L’île est arrosée depuis plusieurs jours par des épisodes pluvieux plus ou moins actifs.
Même si les averses sont plus faibles sur les dernières 24heures avec des cumuls en dessous des 10mm dans les 5 stations de la météo mauricienne Rodrigues reste dans une masse d’air relativement instable avec des développements de nuages actifs toujours possibles pour cet après midi et la nuit prochaine.

Certains diront tant mieux que pour une fois cela soit la Cendrillon des Mascareignes climatologiquement plus sèche que ces deux grandes soeurs qui soit la bénéficiaire des pluies.

En effet. Le problème reste que pour le moment elle est bien la seule.

REUNION: masse d’air sèche et soleil de feu. Maximales de 31 à 33°C sur le littoral.  CLIQUEZ POUR LIRE LA SUITE ET VOIR LA VIDEO

https://www.meteo974.re/Actualite-meteo_r1.html
https://www.meteo974.re/M974World_r7.html

Bon après midi!

Cheers,
Patrick Hoareau.
 

La sélection scientifique de la semaine (numéro 346) – Blog Le Monde

0

Le site de Stonehenge. © Elias Gayles.

– L’analyse de nombreux squelettes de porcs découverts près du site préhistorique britannique de Stonehenge laisse supposer que s’y tenaient de grands festins

– L’archéologie est une machine à remonter le temps, mais pas forcément de beaucoup. Exemple avec ces archéologues qui s’intéressent aux vestiges du nazisme. (en anglais)

– En Mongolie, de nombreuses familles éloignent leurs enfants d’Oulan-Bator, la capitale très polluée du pays.

– La pollution de l’air tuerait deux fois plus que ce qui était estimé jusqu’à présent.

– Question provocatrice : faut-il instaurer des quotas pour limiter la présence des hommes dans la recherche ?

– Des chercheurs réclament un moratoire sur l’utilisation des outils d’édition du génome humain touchant les gamètes, qui introduiraient des modifications génétiques transmissibles d’une génération à l’autre.

– Au Japon, une équipe internationale a réussi à « réactiver » des cellules d’un mammouth mort il y a 28 000 ans, dont le corps avait été préservé dans le sol congelé de la Sibérie.

– Le dossier du supplément « Science & Médecine » du Monde : reportage à La Rinconada (Pérou), la ville la plus haute du monde où a débuté une étude pour comprendre les adaptations physiologiques des habitants au manque d’oxygène. (Abonnés)

– Rendre le sang humain « empoisonné » pour tuer les moustiques ? (en anglais)

– La rougeole a causé un premier décès en France cette année.

– Rougeole toujours, cette fois aux Etats-Unis, où la maladie a aussi fait un retour tonitruant depuis quelques mois : un juge vient d’interdire à quelques dizaines d’enfants non-vaccinés de retourner à l’école, d’où ils avaient été « bannis ». (en anglais)

– Espace : face au retard qu’a pris la mise au point de SLS, la très grosse fusée de la NASA, l’administrateur de l’agence spatiale américaine se demande si la première mission (non-habitée) de retour vers la Lune ne sera pas confiée à un lanceur privé.

– Des échantillons lunaires des missions Apollo, qui avaient été mis de côté en attendant des progrès technologiques, vont enfin être étudiés. (en anglais)

– Dans la catégorie Zoologie, une chronique que j’ai écrite sur des araignées amazoniennes fort voraces.

– Un renard s’est introduit dans un poulailler géant dans le Morbihan. Contrairement à ce qu’on voit dans les livres pour enfants, mal lui en a pris : les poules l’ont tué à coups de bec.

– Une centaine de nouvelles espèces de coléoptères ont été découvertes sur l’île indonésienne de Célèbes. Trois d’entre elles ont été nommées Astérix, Obélix et Idéfix en hommage à la bande dessinée de Goscinny et Uderzo.

– Les robots humanoïdes ont-ils un avenir parmi nous ?

– Des chercheurs américains se demandent combien de voitures sans pilote il faudrait pirater pour paralyser totalement Manhattan… (en anglais)

Pierre Barthélémy (suivez-moi sur Twitter)

Signaler ce contenu comme inapproprié

16/03 Des scientifiques ont trouvé de leau sur la Lune – Toms Guide

0

Une nouvelle étude analyse le mouvement de l’humidité sur la Lune : l’eau se vaporise à midi avant de retourner sur la surface.

Les chercheurs publieront les résultats de leur étude dans le magazine Geophysical Research Letters. En attendant, la NASA a brièvement décrit le cycle de l’eau sur la Lune. Les molécules restent emprisonnées dans le régolithe jusqu’à ce que la température atteigne son niveau maximum vers midi. Elles s’évaporent alors pour rejoindre l’atmosphère extrêmement précaire de notre satellite. Elles retombent à la surface lorsque la chaleur baisse.

Une bonne nouvelle pour les futures missions

Le Lyman Alpha Mapping Project (LAMP) analyse les données envoyées par la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) pour détecter la présence d’eau dans le régolithe. Les scientifiques ont pu suivre le mouvement de l’humidité sur la Lune. Ces informations sont particulièrement utiles pour l’établissement d’une prochaine base sur ce satellite.

L’Agence spatiale américaine, et de nombreux autres acteurs, étudient la possibilité d’utiliser la Lune comme une première étape lors des prochaines missions spatiales. La présence de l’eau, et la possibilité de la recueillir, constituera un grand atout pour les explorateurs.

La Lune était autrefois considérée comme un endroit sec et poussiéreux. Son image a considérablement changé. Après les glaces sur ses pôles, les chercheurs ont trouvé de l’eau dans le régolithe. Maintenant on sait qu’elle possède aussi un cycle.

>>> Lire aussi : Une roche terrestre de 4 milliards d’années a été trouvée sur la Lune